Notation

mot recherché
mot du glossaire

      inscrit au Hit-Parade de www.philatelistes.net Les timbres : Infos et conseils philatéliques pour mener à bien votre collection



Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Timbre numéro 3403, France, datant de 2001

Valeur faciale : 4.5 F (Francs)
Couleur : Multicolore
Dimensions (hauteur x largeur en millimètres) : 29 x 41
Dentelé : 13 1/2
Impression : Taille-douce
Texte : Albert Caquot
Illustration : Pont
Etat : Neuf
Catégorie : Poste courante
Commentaire : Albert Caquot, ingénieur français (Vouziers, 1881-Paris, 1976).
Spécialiste en résistance et déformation des matériaux (notamment du béton armé), ainsi qu'en aérostation et aéronautique, il conçut de nombreux ouvrages. De l'Europe à l'Amérique latine, les grandes réalisations qu'il a conçues témoignent de l'exceptionnel savant que fut et demeure Albert CAQUOT : le pont George V à Glasgow ; la forme de radoub de Saint-Nazaire ; des barrages, tel celui de la Girotte (1946-1949) ; la grande écluse de Donzère Mondragon (1950) ; le pont à haubans de Donzère (1954) ; l'usine marémotrice de la Rance(1963) ; le tunnel de Bildstock (1953-1955) ; les plans de béton armé du Christ sur le Mont Corcavado-Rio de Janeiro (Brésil) ; le pont des Lisses, des Usses, La Fayette.

En tant qu'inventeur, il fut créateur du ballon Caquot, de la courbe intrinsèque (courbe caquot), du tunnel à courbure continue (Caquoïde).

Mais entrons un peu plus précisement dans son histoire. Tout commenca à à dix huit ans. Admis à Polytechnique, il choisit le corps des Ponts et Chaussées. Il est alors nommé à Troyes où il réalise l'assainissement des bas quartiers. Parallèlement, ses centres d'intérêt s'orientent vers le béton armé et l'aéronautique. En 1912, en effet, il quitte l'administration et s'associe avec A. Considère avec qui il réalise plusieurs ouvrages et poursuit des recherches.

La guerre de 1914 interrompt momentanément son travail sur le béton puisqu'il se tourne vers l'aéronautique. Il invente le ballon allongé en forme de saucisse. Ces inventions dont il fait don aux armées alliées lui valent la reconnaissance et plusieurs décorations. Par ailleurs, Clémenceau le nomme directeur technique de l'aviation. Après la guerre, il revient à sa carrière de constructeur. Il multiplie les inventions : mise au point de caissons en béton armé, création de la notion de "courbe intrinsèque" pour définir les limites du domaine élastique de la matière, mise au point de la théorie fondamentale de l'adaptation (1930). De nombreux ouvrages sont réalisés selon ses plans : des ponts (le pont des Usses et le pont Lafayette à Paris, en 1928, le pont Georges V à Glasgow,...), des barrages (barrage sur la Sélune, de Vezins (1927-1929), de Mantasoa à Madagascar,...). Pendant cette même période, en 1922, il devient professeur à l'Ecole des mines puis à l'Ecole des ponts et chaussées où il enseigne les cours de résistanace des matériaux, de matériaux de construction et constructions en béton armé, de physique.

Lors de la création du ministère de l'Air, on le charge de la direction de la production aéronautique; toutefois, voyant sa politique de construction de prototypes stoppée par des restrictions de crédits, il démissionne en 1933. . En 1935, il conçoit la forme-écluse "Jean Bart", à Saint-Nazaire, pour faciliter la construction de gros navires. En 1938, il est appelé à diriger toutes les sociétés navales d'aviation. Mais la guerre éclate très vite et il ne peut mener à bien sa mission. Il démissionne en 1940 et revient définitivement à la construction d'ouvrages d'art.

Après la guerre, il en réalise de très grands : le barrage de la Girotte (1946-1949), la grande écluse de Donzère-Mondragon (1950), le pont à haubans de Donzère (1954),... Il participe également à la construction du barrage sur la Rance. Deux grands projets, enfin, le passionnent à la fin de sa vie : un pont à haubans sur la Manche (1967) et une usine marémotrice dans la baie du Mont-Saint-Michel (1973-1976).

Intéressons nous maintenant de plus près au pont figurant sur le timbre : ne serait ce pas le pont de la caille, entre Allonzier-la-Caille, Haute-Savoie (France) et Cruseilles, Haute-Savoie (France) sur le torrent des Usses ou le pont Ponsonnas (construit entre 1939 - 1941) , en Isère (France) sur le Drac ? En tout les cas les deux lui ressemble comme deux gouttes d'eau !
Voir le dossier d'octobre 2010 en rapport avec ce timbre
Voir le dossier de novembre 2010 en rapport avec ce timbre

Deposé Lundi 19 Mai 2003 à 00:35



Date de denrière modification su site : Mardi 29 Novembre 2011 à 16:42
Page chargée en 1.054106 secondes